tourment


tourment

tourment [ turmɑ̃ ] n. m.
XIIe; torment fin Xe; lat. tormentum, de torquere « tordre »
1Vx Supplice, torture. Le tourment de la question.
2(XIIe) Littér. Très grande douleur physique; vive souffrance morale. affres, déchirement, martyre, peine, supplice, torture. « L'incertitude est de tous les tourments le plus difficile à supporter » (Musset).
3Cause de tourment. Pourquoi « suis-je devenu pour toi un tourment, un fléau, un spectre ? » (Sand). « ce qu'il y a de meilleur dans la conscience moderne est le tourment de l'infini » (G. Sorel).
⊗ CONTR. Consolation, 1. plaisir.

tourment nom masculin (latin tormentum) Vieux. Supplice infligé à quelqu'un pour obtenir des aveux : Mourir dans les tourments. Vive douleur physique : Les tourments de la soif. Vive souffrance morale : Les tourments de la jalousie.tourment (synonymes) nom masculin (latin tormentum) Vive souffrance morale
Synonymes :
- contrariété

tourment
n. m.
d1./d Litt. Très grande souffrance (surtout d'ordre moral). Sa jalousie lui fait endurer mille tourments.
d2./d Grande inquiétude, grave souci. Cette affaire me donne bien du tourment.

⇒TOURMENT, subst. masc.
A. — Vieilli ou littér.
1. Supplice, torture. Tourment de la question; tourments des martyrs; livrer qqn aux tourments; mourir dans les tourments. Tu connois, mon fils, les tourmens que les Sauvages font subir aux prisonniers de guerre (CHATEAUBR., Génie, t. 2, 1803, p. 196). Abou-Nacir (...) ayant juré qu'il avait livré tous ses trésors, et des fosses ayant été découvertes qu'il voulait dissimuler, il périt dans les tourments (BARRÈS, Cahiers, t. 4, 1906, p. 252).
Les tourments de l'enfer Toutefois, il n'oubliait pas que son corps était promis aux tourments de l'enfer où son âme se trouvait déjà consignée (AYMÉ, Derr. chez Martin, 1938, p. 141). P. anal. Un jour que je mordais dans une pêche, je fus piquée à la langue par une abeille et je souffris les tourments de l'enfer (A. FRANCE, Rôtisserie, 1893, p. 20).
2. a) Vive souffrance physique. Tourment(s) de la faim, de la maladie, de la soif. La goutte, la pierre sont de cruels tourments (Ac.). Elle est alitée depuis dix ans, en proie à un mal incurable. Je l'ai vue sur son lit de tourment (PESQUIDOUX, Livre raison, 1928, p. 274). Vers cinq heures le tourment d'arthrite m'éveille (COLETTE, Pays. et portr., 1954, p. 264).
b) Vive souffrance affective, morale. Tourment(s) de l'amour, de l'attente, de l'ennui, de la jalousie; tourment de vivre. Il faut avoir connu le charme et le tourment d'une grande passion, pour se faire une idée de cette étonnante et rapide succession de sensations déchirantes et délicieuses qui agitent continuellement un cœur qui s'est livré tout entier (GENLIS, Chev. Cygne, t. 1, 1795, p. 114). Elle ne savait qu'une chose, c'est qu'il était revenu. Et tous les tourments, toutes les angoisses des jours passés, toutes les rancunes et toutes les jalousies étaient loin (MOSELLY, Terres lorr., 1907, p. 163).
C'est un grand tourment que de + inf. C'est un grand tourment que d'assister ainsi à sa décadence sans pouvoir rien pour l'empêcher ou la retarder (MAINE DE BIRAN, Journal, 1817, p. 49).
Mettre fin à ses tourments. En finir avec la vie. Lui qui (...), perdant enfin toute illusion et tout espoir, a résolu aujourd'hui de mettre fin à ses tourments et à ses jours (SCRIBE, Camaraderie, 1837, III, 3, p. 295).
SYNT. Tourment affreux, indicible, infernal; atroces, cruels tourments; avoir du tourment; donner du tourment à qqn; adoucir, apaiser les tourments de qqn.
3. P. méton. Personne ou chose qui est cause de soucis, d'ennuis, de tracas plus ou moins graves. Cet enfant est le tourment de son père, de sa famille; son avenir est son principal tourment; quel tourment que cette affaire! Je l'aimais! j'adorais ce tourment de ma vie, Ses jalouses erreurs m'attendrissaient encor, Il me faisait mourir (DESB.-VALM., Élégies, 1833, p. 116). Oreste, mon petit Oreste! le tourment de mon cœur, L'enfant que j'ai reçu au sortir de sa mère pour lui donner la nourriture (CLAUDEL, Choéphores, 1920, p. 935).
B. — 1. Vieilli. Agitation violente. Tourment de l'eau, du torrent. Sous les doux vents alizés qui règnent dans ces climats, la mer uniformément irait d'un flot régulier, si elle ne trouvait ces digues vivantes qui la forcent de reculer sur elle-même, dissipent la vague en poussière et lui donnent un éternel tourment (MICHELET, Insecte, 1857, p. 36). Si l'on prête l'oreille on entend le tourment Des tempêtes (HUGO, Légende, t. 4, 1877, p. 642).
P. métaph. Elle ressentait de divines douceurs, quand la petite (...) promenait sur tout son visage le chatouillement et le tourment de ces chères petites menottes qui semblent chercher à l'aveuglette la face d'une mère (GONCOURT, G. Lacerteux, 1864, p. 114).
2. Au fig. Souffrance qu'impose un travail, une recherche. Tourment de l'art, de la perfection; tourment métaphysique; tourment de comprendre, de savoir. Quelques-unes de ses maximes [de La Rochefoucauld] ont été refaites plus de trente fois, jusqu'à ce qu'il fût arrivé à l'expression nécessaire. Avec cela il n'y paraît aucun tourment (SAINTE-BEUVE, Portr. femmes, 1844, p. 272). Je songe à Tintoret vivant dans un tourment de fécondation continu, enfermé les jours et les nuits, peignant à la lueur des lampes, pour peupler les couvents et les églises des formes tourmentées qui germent sans cesse de lui (FAURE, Espr. formes, 1927, p. 127).
Prononc. et Orth.:[]. Att. ds Ac. dep. 1694. Étymol. et Hist. A. 1. 2e moit. Xe s. « torture, supplice; vive douleur physique » (Saint Léger, éd. J. Linskill, 12: Et Ewruins, cil Deu mentiz Que lui [Lethgier] a grand torment occist; 173); fin Xe s. (Passion, éd. D'Arco Silvio Avalle, 66); 2. 1150-60 « vive douleur morale » (THOMAS, Tristan, fragm., éd. B. H. Wind, ms. SN1, 216: A sun mal quert tel vengement Dunt il doblera sun turment); ca 1200 spéc. celle causée par l'amour (CHASTELAIN DE COUCI [?], Chans., éd. A. Lerond, XIII, 30: Ne m'i lessiez morir a tel torment!); 3. 1541 « souffrance physique, infirmité » (Bible en françois, Anvers, Ant. de La Haye, Matth. IV, N.T., fol. 2 b: les malades qui estoient detenuz de langueurs et tourmens divers); 1600 le tourment des dents (O. DE SERRES, Theatre d'Agriculture, Paris, Jamet Métayer, VI, XV, p. 620). B. 1. Ca 1100 « orage, tourmente, tempête » (Roland, éd. J. Bédier, 1423: En France en ad mult merveillus turment: Orez i ad de tuneire e de vent, Pluies e gresilz desmesureement); 2. a) 1130-40 « instrument de torture » (WACE, Ste Marguerite, éd. E. A. Francis, ms. A, 521: Cevals fust uns tormens estoit U on en cevalcons seoit); b) av. 1274 [ms. XIIIe s.] « machine de guerre » (Grandes chron. de France, IV, 3, éd. J. Viard, t. 2, p. 10: les tormenz et les engins pour les murs craventer). C. 1150-60 « ce qui est source d'ennuis, de tracas » (THOMAS, op. cit., ms. T1, 100: Ele a le cors, le cuer nel volt: C'est un turment dont ele se deut). Du lat. tormentum « machine de guerre à lancer les traits; treuil; instrument de torture; torture »; fig. « tourment, souffrance ». Fréq. abs. littér.:1 723. Fréq. rel. littér.:XIXe s.: a) 3 254, b) 1 706; XXe s.: a) 2 678, b) 2 025. Bbg. DUMONCEAUX (P.). Lang. et sensibilité au XVIIe s. ... Genève, 1975, pp. 46-52.

tourment [tuʀmɑ̃] n. m.
ÉTYM. Fin XIIe; torment, fin Xe; « tourmente; désordre, perte », en anc. franç.; sens mod., fin XIe; du lat. tormentum « machine de guerre; instrument de torture; supplice, souffrance », de torquere « tordre ».
1 Vx. Supplice, torture (→ Plaisir, cit. 31). || Le tourment de la question (→ Disloquer, cit. 1). || Faire périr qqn au milieu des tourments (→ Indice, cit. 11). || Les tourments de l'enfer (→ aussi Malédiction, cit. 12).
1 (…) puisque vous êtes diaboliquement réfractaire, vous avez dû être géhenné, et vous avez été, aux termes des statuts criminels, mis à l'épreuve du tourment dit « la peine forte et dure » (…) vous avez été couché tout nu à terre sur le dos, vos quatre membres ont été tendus et liés aux quatre colonnes de la loi, une planche de fer vous a été appliquée au ventre, et l'on vous a mis sur le corps autant de pierres que vous en pouvez porter.
Hugo, l'Homme qui rit, II, IV, VIII.
2 (V. 1175). Littér. ou style soutenu. Très grande douleur physique; vive souffrance morale; inquiétude extrême, état d'insatisfaction pénible. Affliction, affres, agitation (supra cit. 7), amertume, angoisse, anxiété, bourrèlement, 2. chagrin, déchirement (supra cit. 3), désolation, ennui (1., vx), fardeau (supra, cit. 5, fig.), inquiétude (II.), martyre, peine, préoccupation, 1. souci, supplice (3.), torture, tracas, tracasserie. || Tourments physiques et moraux (→ Allégretto, cit.). || Dans les tourments inouïs de sa dernière maladie (→ Augmenter, cit. 18). || L'incertitude (cit. 12) est de tous les tourments le plus difficile à supporter. || Tourments religieux (→ Coexister, cit.). || « Car j'ai de mes tourments multiplié les causes » (→ Lien, cit. 8). || Le tourment de…, suivi de l'inf. (→ Éviter, cit. 18; implorer, cit. 2).Le mal, la peine qu'on se donne pour obtenir qqch. (→ Brillant, cit. 12).
2 Le tourment de la jalousie est surtout affreux quand il déchire des cœurs à qui leur penchant comme leurs positions interdisent également tous les moyens de plaire un peu hasardés.
Stendhal, Armance, XV.
3 Vous savez, aussi bien que moi, que ce qu'il y a de meilleur dans la conscience moderne est le tourment de l'infini.
G. Sorel, Réflexions sur la violence, in Dupré, no 2902.
4 (…) ce trouble n'est pas amer. Les regrets n'y ont qu'une petite place. Il ressemble plutôt au tourment confus de la puberté.
J. Romains, les Hommes de bonne volonté, t. III, X, p. 141.
(XIIIe). Par métonymie. Personne qui cause de grands soucis, de graves ennuis à qqn. || Pourquoi suis-je devenu pour toi un tourment, un fléau, un spectre ? Cauchemar (2.); → Poison, cit. 9. || Cet enfant est le tourment de son père, est son tourment.(Fin XIIIe). Ce qui est l'objet d'une curiosité, d'une recherche, d'une incertitude angoissée. || « Ô mystère ! ô tourment de l'âme forte et grave ! » (→ Écrire, cit. 20, Vigny).
CONTR. Amusement, 1. calme, consolation, félicité, plaisir.
DÉR. Tourmenter. — V. Tourmenteux.

Encyclopédie Universelle. 2012.

Regardez d'autres dictionnaires:

  • Tourment — (film) Cet article a pour sujet le film Tourment. Pour une définition du mot « tourment (film) », voir l’article tourment (film) du Wiktionnaire. Tourment (Right Cross) est film américain de John Sturges sorti en 1950. Sommaire …   Wikipédia en Français

  • tourment — TOURMENT. s. m. Supplice, Peine ordonnée par les loix, en punition d un crime. Le tourment de la roüe. le tourment des brodequins. il expira dans les tourments. il faudroit inventer de nouveaux tourments pour un crime si horrible. Il se dit aussi …   Dictionnaire de l'Académie française

  • tourment — etc., obs. form of torment, etc …   Useful english dictionary

  • tourment — (tour man) s. m. 1°   Violente douleur corporelle. •   Dans les tourments inouïs de sa dernière maladie, la princesse Anne n a eu à se repentir que d avoir une seule fois souhaité une mort plus douce, BOSSUET Anne de Gonz.. •   Le superbe animal… …   Dictionnaire de la Langue Française d'Émile Littré

  • TOURMENT — s. m. Grande, violente douleur corporelle. La goutte, la pierre, la néphrétique, sont de cruels tourments. Le chirurgien qui l a opéré lui a fait souffrir d horribles tourments, des tourments insupportables.   Il se dit particulièrement Des… …   Dictionnaire de l'Academie Francaise, 7eme edition (1835)

  • TOURMENT — n. m. Supplice, torture. Les tourments des martyrs. On le fit mourir dans d’horribles tourments. Il se dit aussi d’une Grande, d’une violente douleur corporelle. La goutte, la pierre sont de cruels tourments. Il désigne, au figuré, une Grande… …   Dictionnaire de l'Academie Francaise, 8eme edition (1935)

  • tourment — nm., souci, tracas : teurmin (Arvillard) || torman (Saxel) / ê (Albanais, Annecy.DES.) / in (Chambéry, Villards Thônes.028) …   Dictionnaire Français-Savoyard

  • Tourment d'amour — Tourment d amour. Le tourment d amour est un petit gâteau rond et mou, fourré à la noix de coco, originaire des îles des Saintes, aux Antilles françaises, dont il est la spécialité. Origine Selon la tradition orale, les tourments d amour étaient… …   Wikipédia en Français

  • Tourment (film) — Cet article a pour sujet le film Tourment. Pour une définition du mot « tourment (film) », voir l’article tourment (film) du Wiktionnaire. Tourment (Right Cross) est film américain de John Sturges sorti en 1950. Sommaire 1 …   Wikipédia en Français

  • Le Tourment Vert — Infobox Beverage name=Le Tourment Vert type=Absinthe manufacturer= [http://www.distillerievinetege.com/product info.php?products id=327 sve=6e424ff0bd587912046df599ca642cb6 [Distillerie Vinet Ege] origin=France introduced=2007 in USA abv = 50.0%… …   Wikipedia


Share the article and excerpts

Direct link
Do a right-click on the link above
and select “Copy Link”

We are using cookies for the best presentation of our site. Continuing to use this site, you agree with this.